Le Burdigalien (-20,5 à -16,4 Ma) a été défini par Charles Depéret en 1892. Incomplètement présent dans notre secteur, il est illustré en particulier par les sites du Coquillat à Léognan et de Pont-Pourquey à Saucats. On y trouve des coupes de référence représentatives du stratotype de la partie inférieure de l'étage (jusqu'à -18 Ma environ), sous faciès marin. Il s'agit souvent de faluns (sables très coquilliers), presque entièrement constitués par endroit de Turritelles, qui représentaient une part importante de la biomasse.
Très visibles dans le sud Bordelais par le passé, la plupart de ces affleurements ont été détruits ou masqués par l'urbanisation (villes de Pessac, Mérignac, Cestas ou Léognan, qui possédaient chacune de nombreux sites). On trouve aussi le Burdigalien dans la crypte de dégustation du Sainte-Croix-du-Mont (célèbre vin blanc liquoreux) creusée dans des bancs d'huîtres formant une roche compacte sur laquelle est construite la ville du même nom.

Le climat a, comme précédemment, des caractéristiques tropicales (nombreux coraux récifaux, grande diversité spécifique).
De nombreuses affinités avec les faunes marines actuelles d'Afrique de l'ouest ont d'ailleurs été mises en évidence pour ces dépôts.
L'Aquitaine il y a 19 millions d'années...
Retour !
Quelques fossiles du Burdigalien...
Burdigalien